Connect with us

Environnement

La faune sauvage africaine, victime collatérale du Covid-19

Depuis quelques semaines, de nombreux rhinocéros ont été braconnés dans certains parcs naturels du sud de l’Afrique © Hein Waschefort

Souleymane Diassy

Publié

le

Au moins neuf rhinocéros tués dans la province du Nord-Ouest de l’Afrique du Sud, six au Botswana ; Depuis que des mesures de confinement ont été prises à travers le continent, les braconniers ont le champ libre pour s’attaquer aux animaux protégés, comme le raconte le New York Times.

La mort de rhinocéros, lions et éléphants pourrait s’ajouter au triste bilan de la pandémie de Covid-19, révèle le quotidien américain dans un article publié le mercredi 8 avril. Désertés par les touristes et gardiens, certains parcs naturels africains connaissent une recrudescence des actes de braconnage.



Ces dernières années, la chasse d’espèces menacées avait connu un net déclin dans le sud du continent, grâce aux politiques de conservation prises par les Etats très largement financées par le tourisme. Or, la disparition des visiteurs entraîne des pertes financières sévères pour les parcs nationaux.

Non seulement de grands espaces ne sont plus surveillés par les touristes et leurs guides, mais les gardiens pourraient rapidement se retrouver au chômage, faute d’entrées d’argent. Et le développement de la misère sous l’effet de la crise économique risque de pousser certains à chasser pour la viande ou les trophées.

Journaliste indépendant

Suivez nous sur notre chaine youtube !