Connect with us

Sétanal News

SÉNÉGAL : Une soixantaine de biodigesteurs pour produire du biogaz à partir des boues fécales

Publié

le

Réduire la déforestation dans les zones rurales au Sénégal. C’est l’objectif du projet de production du biogaz que soutient le gouvernement suisse. L’accord de partenariat relatif à ce projet a été signé le 6 juillet 2021 entre la cheffe du département fédéral suisse de l’Environnement, des Transports, de l’Énergie et de la Communication (Detec), Simonetta Sommaruga et le ministre sénégalais de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall.

Au total, 60 000 biodigesteurs seront installés à travers le Sénégal. Les dispositifs serviront à produire du biogaz à partir des excréments  humain et d’animaux. Le biogaz domestique sera utilisé pour la cuisson dans les ménages. Outre la lutte contre la déforestation, l’initiative vise aussi à réduire les maladies respiratoires et oculaires liées à l’utilisation du bois de chauffe et à développer des activités génératrices de revenus telles que le maraîchage, l’embouche bovine et la pasteurisation du lait. Selon un rapport du Système d’information énergétique (SIE) du ministère sénégalais de l’Énergie, 87 % des ménages sénégalais utilisent le bois de chauffe et le charbon comme combustible de cuisson. Le biogaz sera aussi utilisé pour la production de l’électricité.


Les nouveaux biodigesteurs seront construits dans le cadre du Programme national de biogaz domestique du Sénégal (PBN-SN), mis en place en 2019 avec la coopération néerlandaise. « Un biodigesteur de 10 m3 produit au moins 2,5 m3 de biogaz par jour. Ce qui permet de subvenir aux besoins énergétiques de cuisson d’un ménage de 10 personnes. Ceci correspond à une consommation journalière de 12,5 kg de bois de chauffe ou de 7,5 kg de charbon de bois», explique Matar Sylla, le coordonnateur du PBN-SN. Le digestat issu de la fermentation de la matière fécale sera utilisé comme fertilisant pour l’agriculture.

Le projet de production du biogaz en milieu rural vise également l’amélioration de la gestion des déchets agricoles au Sénégal. Les bouses de bétail et les boues fécales constituent un important facteur de pollution des nappes phréatiques.

Inès Magoum


Source www.afrik21.africa