Connect with us

Tribune des abonnés

Covid-19 : La grande menace

Sétanal

Publié

le

Dérégulation – Dérèglements-Dysfonctionnements : La grande menace COVID-19

En ces moments de crise mondiale, la peur semble habiter les consciences et la vie semble tout simplement s’arrêter. La maladie a coronavirus communément appelée Covid-19, partie de la Chine de Mao, a véritablement fini d’étendre ses tentacules dans les 4 coins du monde perturbant ainsi la quiétude de l’humanité toute entière en déstabilisant tous les systèmes jusqu’à modifier les formes de nos relations interpersonnelles.

Cette zoonose, par sa faculté mutative expresse, a rapidement réussi à attaquer le système immunitaire de l’homme et à favoriser très rapidement la contamination inter humaine à un rythme tellement flippant que l’OMS qualifie cette pathologie mondiale d’ « urgence sanitaire de rang mondial ». C’est dire alors à quel point l’heure est grave et comment l’espèce humaine est menacée. Le décompte macabre continue toujours dans le monde et l’humanité s’interroge.


En dépit de toute cette campagne de communication managée par tous les états du monde et au plus haut niveau avec des cellules de crises qui travaillent d’arrache-pied pour mener l’offensive contre ce virus, il existe toujours dans notre pays quelques personnes irresponsables ou inconscientes qui continuent à refuser de changer de comportement allant même jusqu’à nier une évidence ou à refuser de prendre au sérieux cette maladie qui, par sa procession macabre, a réussi à remettre en cause toutes les fausses certitudes de l’humanité.

Pour ma part, je crois que ceux qui sont toujours dans le déni, en dépit de ces nombreux appels à la raison, constituent également tout autant que le virus lui-même, une sérieuse équation à résoudre par l’état, pour rompre la chaîne de transmission. L’état ne doit absolument pas faiblir, il doit plutôt sévir, et de la plus ferme des manières. Pas de place à la négociation, à la compromission ou aux atermoiements. Il faut agir et agir vite par une démarche proactive et anticipée dans la gestion de cette crise transversale. Et de ce point de vue, les autorités ont parfaitement raison de réserver un traitement judiciaire à toutes ces entraves sur les réseaux sociaux au moment où nous avons le plus besoin de retrouver une union sacrée autour de nos autorités pour venir à bout du monstre. C’est une question d’urgence sanitaire et même de sécurité publique.

De 2 cas avérés et signalés officiellement au Sénégal, nous sommes aujourd’hui à 56 cas confirmés de covid19 dont 5 guéris et ce, en 3 semaines seulement. Le virus ne se déplace pas, c’est nous qui le déplaçons. Il est temps alors de siffler la fin de la récréation et mettre fin à toutes nos « sénégalaiseries » qui risquent de nous coûter très chères. La discipline et le civisme sont les meilleurs alliés face à la progression inquiétante de ce virus qui a une vitesse de mutation et de propagation affolante.


Respectons les bonnes pratiques d’hygiène et adoptons les gestes barrières mais aussi prions et prions beaucoup chacun dans sa confession. En tant que croyant, je reste profondément convaincu que le jour où Dieu, dans sa mansuétude infinie, décidera d’en finir avec ce virus, il mettra dans le cœur et l’esprit des hommes le remède qui achèvera ce micro-organisme qui a fini de tout déréguler et de faire tomber tous les paradigmes et autres violences idéologiques et symboliques du monde capitaliste. Au-delà du confinement et de toutes les mesures de sauvegarde déjà prises ou à prendre par les autorités, osons faire notre propre introspection et ayons l’humilité et la sagesse de nous remettre en cause. Si nous savons tirer les bonnes leçons de cette crise, alors nous pourrions tirer le meilleur parti de cette pandémie car dans la trajectoire historique des nations, nous avons régulièrement été instruits que les grandes tragédies finissent toujours par grandir les peuples qui savent s’arracher de leurs propres difficultés.

En attendant de prendre le dessus sur l’ennemi, travaillons tous – par nos comportements de tous les jours -à rompre la chaîne de transmission qui est l’enjeu fondamental du moment. Quoique difficile dans notre contexte sénégalais, acceptons tout de même le confinement car mieux vaut avoir une ville morte pendant 15 jours que d’avoir une ville pleine de morts.
Covid-19 n’a pas que des méfaits, il peut aussi être un puissant levier de changements sociaux créateurs de valeurs et d’un nouvel ordre mondial avec un visage plus humain.

Ecrit par

Amadou Moustapha DIOP

Sociologue
Militant de la société civile et lanceur d’alerte

Envoyé le 22 mars 2020

Publicité